jeudi 29 décembre 2011

My Top 25 Singles of 2011

As usual, I've worked on my Top 25 own singles chart for 2011 and this year's really been a good year I think, but more on the international side than on the french one. So here it comes :

01 David Guetta feat. Usher Without you
When I listened to David Guetta's Nothing but the beat album, this particular song grabbed me from the first listen, being for me the stand-out track and the When love takes over of 2011. In fact, it is the kind of dance/pop anthem I really like with pop melodic lines and calm intro, leading piano and vocals and an uplifting feelgood melody with hypnotising beats ; this song had all it takes to become a hit in my heart and although it wasn't released as a single early in the year, it finishes first in lines when I put it next to the other Top 3 songs as the one I still love better...

02 The Wanted Glad you came
So the big losers of my 2011 charts are the english lads of The Wanted whose summer club hit Glad you came made my days almost all through the year, makin' me sing along like crazy while driving to/from work. I know its lyrics by heart and am still mad about its intro/ending chorus sung in slow acoustic way by Max...

03 Will Young Jealousy
Once again a male vocal at #3 with Will Young's comeback single of 2011 from his wonderful album Echoes. As haunting as his 2010 #2 in my charts collaboration with Groove Armada History, Jealousy is a song that I will never get enough of, intemporal and atmospheric, warm and tender, sexy and with enough rhythm not to become a bore... but I'll talk more of Will in the album charts of 2011 ;)

04 The Saturdays All fired up
And at #4 come the first girls with The Saturdays and their Xenomania produced club banger All fired up. Although being very repetitive and with a very straightforward dance beat, this song has yet to bore me and I still can't help but repeat endlessly along the girls its chorus line "All fired up, I feel alive !" : the perfect kinda song to make you feel better in those gloomy days of worldwide economic crisis...

05 Leona Lewis Collide
I don't know why this song hasn't become the hit it deserved in the UK, maybe because of the Avicci instrumental affair, but I fell in love with it the first time I have heard it, and it wasn't only because of the very addictive instrumental with its beautiful piano lines, but the song's structure that had been written over it, with it's incredibly catchy chorus and Leona Lewis' powerful vocals have my heart melt each time I listen to Collide and fall under its hauntingand hypnotising spell...

06 Nicole Scherzinger Don't hold your breath
The same nearly applies to Don't hold your breath, in which I find the same inbelievable attraction as for Nicole's (when in the PussyCat Dolls) I hate this part. I really like the original version, as well as all remixes by Cahill, Bimbo Jones, Dave Audé or The Alias ; this song can't go wrong ! Maybe it is its rhythm, maybe it is its laidback though upbeat rhythm, with the catchy chorus and beautiful voices by Nicole... Who cares ? It's a killer tune !

07 Emeli Sandé Heaven
Another diva with a real good voice at #7, but this time with a retro drum'n'bass UK sound that I can't dissociate from Massive Attack's Unfinished sympathy from 1991 with Shara Nelson on vocals. Heaven has the same beat and the same song's structure, very laidback, an upbeat ballad with beautiful organic orchestration, soulful vocals and an hypnotic dance beat put over the top, with a chorus line that is repeated until our brains are washed up and we surrender to its power... Definitely a song that will stand the test of time !

08 Rihanna Only girl (in the world)
Although the year's international winner diva by her sales & media attention, Riri's only #8 in my heart : I am really gettin' bored of her and her annual album release with more than half fillers and mixed pack of singles, sometimes very good like this Only girl (in the world) given by StarGate & Sandy Vee, but sometimes utterly bad...

09 Kylie Minogue Put your hands up (if you feel love)
Either in its original mix with her ex PWL partner Pete Hammond on the remix, this 4th single off Kylie's Aphrodite 2010 album has always been a favourite of mine and a song that was to feature in my own year's charts. Maybe it was a little too retro or is it just that I have listened to it too much, but it only finishes at #9...

10 Taio Cruz feat. Kylie Minogue Higher
And she's at #10 too, but this time in a duet with Taio Cruz who did it great to re-record his solo album version with the australian lil' pop princess ! I have no doubt Mister Cruz knows how to write an addictive pop song and when he mixes his voice with some sexy guest, it is a winning combinaison...

11 Adele Rolling in the deep
Adele
has been the #1 artist of 2011 in the world, selling over 14 million copies of her 21 second album and Rolling in the deep is the song that started it all, becoming a #1 hit in nearly every country in the world, I guess... Fact is it has an incredibly catchy melody and a chorus that you cannot escape from... And there are naturally Adele's vocals, strong and hurtful at the same time, giving powersoul to the soulpop song : can you imagine it not being a winner ? So why is it only at #11 for me ? Even though I like it a lot and think it is a beautiful song, it is not quite the kind of pop I really listen to so you should get that it is a great move for me to admit it in my charts : I surrendered to its power forgetting it was not the dance/pop I usually like...

12 Matthew Morrison Still got tonight
Another song that wasn't destined to feature here is Glee featured Matthew Morrison with this pop/rock song but it has a chorus I couldn't resist and even before I knew it was written by the same people, I thought Still got tonight had the same power on me that Kris Allen's Live like we're dying had in 2009... I guess if they duplicate the same formule endlessly, I'll become a pop/rock cowboy !

13 The Wanted Lightning
Another song by the UK boysband and I must say it is the remix by The Alias that I like (just a lil') more than the original version, but both are über-cathy and grant them this #13 place in my Top 25 of 2011 ! The rythm is good, the verses are very memorable and the chorus..., well, you can't help but sing along to it so this is a hit, and one I like very much !

14 Coldplay Paradise
Another UK band of boys but more on the pop/rock side this time, and one that I wasn't that fan of but this one song really grabbed me, with its haunting piano melody and orchestral arrangements combined with Chris Martin's nice verses & lyrics with the "para-para-paradise" addictive gimmick. Once again, it is the video that finally got me in and trapped : sometimes the image add something to a song and gives you the final push to make you pass the line and love it.

15 Matthew Raymond-Barker Trash (tout le monde jump sur le bar)
I must confess this song has been my wake up phonering since I bought it on iTunes and it must have helped it become a hit in my heart, but this electro pop song with french/english lyrics by this winner of the french X Factor is very addictive, and is a real party song, made for fun only and it is sometimes good to have a song that is just what it sounds like.

16 The Warblers (glee Cast) Teenage dream
Teenage dream has never been my preferred Katy Perry single from its mother album, but this version from TV show Glee with Darren Criss on lead vocals, had me re-discover the song and love it to death ! It was 2010's best Glee digital sales too so its appeal was universal it seems, so they did it again on season 3 with Darren gettin' back on Katy with Last friday night : nearly as good !

17 Adele Someone like you
Adele
features once again in my charts, and this time with her killer ballad Someone like you, and and i am not very keen on beatless songs you can easily guess my love for this song has to do with its own strength and message : this song just gets you right to the core, making you think back of past heartaches and leaves you breathless, suspended to her vocals until the song finally ends and you have lost track of time : perfect magical moment !

18 Nightcrawlers feat. Taio Cruz Still cryin'
Taio Cruz
comes back along John Reid and his 90's dance project for a club hit that had Cahill and Freemasons mixes for me to cherish and a chorus that is good enough to get me dancing along.

19 Darren Hayes Talk talk talk
Darren Hayes
' comeback single of 2011 is the strongest song from his latest album but only was a minor hit in the charts. It is one of the highlights of the musical year in my book, though !

20 David Guetta feat. Sia Titanium
David Guetta
's time for a double feature too, but with singer Sia this time with this other winner electro pop song that is laidback with slow uplifting melody on the verse and chorus and it is only the post-chorus instrumental that gets on full club rhythm, but I like it and its Police sounding guitar.

21 Pitbull feat. Marc Anthony Rain over me
I HATE Pitbull and the way his mouth moves only on one side when he's rappin' like he was a sex God for the girls... I'm not particular fond of Marc Anthony (he's J.LO's ex, isn't he ?), and I usually skip all rap songs... BUT Rain on me has an incredibly catchy chorus that reminds me of the best Eurodance of the 90's and I couldn't help loving it, and when it was time to find out which were the songs that I like more than the others, I surprised myself rating it over enough others to figure in the Top25 ! Its producer RedOne must be the only in cause...

22 Mylène Farmer Du temps
Mylène Farmer
's surprise new comeback single of last month could have charted higher if only he had been released ahead in the year but its addictive beat and haunting chorus grabbed me enough to find its place here !

23 Rihanna feat. Calvin Harris We found love
The same could be said for Rihanna's second feature in my Top25, although I'd say it is more of a Calvin Harris song featuring the diva to me, as he wrote & produced the song, and it is ts Whigfield sound-a-like Eurodance inspired rhythm that makes me like it, not her nasal vocals...

24 Katy Perry Last friday night (T.G.I.F.)
Katy Perry
's second feature (but first on vocals this time) is another good pop song that I fell deeper into after having seen its video, very reminiscent of both Glee and Ugly Betty. But it has a good beat and fine lyrics & catchy melody too !

25 Inna Modja French cancan (Monsieur Sainte Nitouche)
It must be 2011 french #1 hit as it stayed on french radios all through the summer and as I didn't really like it first, I must say I only surrendered to its pop catchiness on repeat... so I guess the last placing of my Top25 is fair enough !

Behind them, and out my Top25, there were Maroon 5 & Christina Aguilera with their funky jam Moves like Jagger, Determinate from the Disney film Lemonade Mouth, Britney Spears and her Till the world ends and I wanna go, Mika and Elle me dit, and Lady Gaga with Born this way. I have to say about her that even though when it was released I liked it a lot, it was overplayed and I got bored of it and off the album of the same name, I must admit no other single really stood out and deserved a place ahead of the previous hit singles... A shame for the one who claims to be the new Queen of Pop !

On the album side, there is no doubt in my mind the international album of the year is Will Young's Echoes. It is just too good to miss that #1 place and will stand the test of time. On the french side, the recently released Prismophonic by Christophe Willem takes it all from its potential contender Gilles Luka for his Ici ensemble electro french/english album, while others were Cds that were released at the end of 2010, Jenifer's Appelle-moi Jen and Ysa Ferrer's Ultra Ferrer.
Other strong international releases that have invaded my iPod and car mp3 player all through the year are Britney Spears's Femme Fatale, Same Difference's second album The rest is history (that has really lacked of singles !!) or the surprising danish duo Electric Lady Lab's Flash! Other highlights were released in 2010, like A1's Waiting for daylight, Kylie Minogue's Aphrodite and Katy Perry's Teenage dream along The Wanted's first album. Released just in time for Christmas rush in 2011 are their second album Battleground too along The Saturdays' On your radar. And I would like to mention Le Kid, Frankmusik and Sophie Ellis-Bextor CDs too, even though they've fallen out short of hit singles to durably last in my CD player.

So those were mine, now what were your best musical releases of 2011 ? Comment...

dimanche 18 décembre 2011

The Saturdays' new album got me all fired up !

On your radar, The Saturdays' 3rd studio album (4th if their Headlines! 8 tracks EP counts as one...) has been released for a while now and despite my addiction to it, I still hadn't posted about it... Christmas overloaded rush of releases must be in cause ! With this new CD, the UK girls really take their place in the music scene and perfectly fit to replace Girls Aloud as UK's number one girls band.
The album starts with All fired up, their previous Xenomania written/produced single that gave them a #3 UK hit late September. This repetitive overheated techno/dance uptempo really puts your heart in a trance with its addictive beat and sexy vocals. I especially like the song's ending with the "keep me on your radar" vocal lines that gives its title to their album. Notorious follows and it is hard to believe it only reached #8 when released in May... Penned by top producer Steve Mac with Ina Wroldsen, this electro/dance song was their turnover single, the one that saw them turn into sexy club kittens but in truth, it wasn't as addictive as All fired up.
The same team gave them the following track and possible single, Faster, as it was announced as fourth single before switching with another one. It is another uptempo club song that has got a killer chorus and nice vocals. The slowed down bridge though, with its chaotic, nearly drum-n-bass backing, has got to be erased/replaced for a single release because it loses the track's intensity.
Current single My heart takes over is the third track in a row to be written by Mac/Wroldsen but this time, it is a watered down ballad that has got a power chorus though. It sounds good and really shows the girls' diva vocal abilities but it sounds like the "old" Saturdays the song sounds too average to really fit in the bill for a hit single, even in Christmas sales, and the UK buyers only made it #15... It is a shame because it has got really good club remixes by Digital Dog, Soul Seekerz or Oxford Hustlers.
Get ready, get set brings back the beat and it is another Xenomania song/production that is co-written by the girls and ...It sounds like All fired up, part 2, except the chorus line that sticks to my head is "the one I want, I want...", not the title line. The girls really have another club banger in their hands with this one and I can't imagine them doin' nothin' else live but lapdancing all through this sexy number ! But next is the tentative fourth single, The way you watch me, that features Travie McCoy on rap bits. Produced & written by Lucas Secon, this sweet dance/R&B track could easily sound a bit more like Rihanna, but without the sultry raw bitchy side ; it is all sweet and sensual, not nasty, but it has a good disco beat and a memorable chorus, plus the rap featuring will for sure help them get back in the UK Top10. I'm curious though to hear remixes for it ; the original production will be hard to top.
The mood slows down again for track #7, and another song the 5 girls co-wrote with the producer David Eriksen. But For myself is a grower and when the chorus comes, it has become a full uptempo dance song with a catchy "I want you for myself" chorus line. A nice childish piano starts the following Do what you want with me before the vocals belt out and this Bryn Christopher UK garage inspired popsong sounds nice but rather odd, maybe less straightened pop and a lil' more underground-ish for my tastes ? It showcases the girls powerful vocals though and proves they can do more than endlessly repeat the same formula.
Promise me is another dance/club anthem that has been co-written by The Saturdays with UK producers Tracklacers and it is a strong album track. Same team on board for writing Wish I didn't know even though this time it is for a mellow soulish mid-tempo ballad with powerful chorus and it hasbeen produced by someone one else : pure album filler this time I'm afraid...
White lies' first electro notes play and I can't help thinkin' it sounds like Mika's Elle me dit arrangements. It soon evolves differently but it has the same inspiration I guess. Written & produced by swedish Carl Falk & Rami with Ina Wroldsen, it has what it takes to become a single I think : good killer beat, electro arrangements, uplifting catchy chorus and good nasty vocals. It would have fitted better ahead in the CD's tracklisting to me !
Tender piano notes follows and Last call is a beautiful big ballad the girls wrote with the man who produced Wish I didn't know, Charlie Holmes, and Lucie Silvas. It is all lovely and warm, and this time it sounds perfect and well deserved as final goodbye track of the international tracklisting.
The UK CD gives us two bonus tracks and the first one, I say OK is another collaboration with David Eriksen, and another electro/dance club sounding track, except when the chorus comes, it all sounds like an Ibiza inspired hands-in-the-air feelgood balaeric party song ; a bonus song I couldn't do without for sure ! And the same applies to final track Move on U that is co-written and produced by ex PWL partners Julian Gingell & Barry Stone (previously known as Jewels & Stone) under their new moniker The Alias. It is a very good dance/pop song that keeps up with the intention The Saturdays have to make us move our feet and shake our ass till the last seconds of their CD.
It is a shame they haven't had more production credits on the album because The Alias' latest work for the girls was only displayed as Bside bonus material on their singles : first there was the addictive clubby Not that kinda girl on the Notorious CDsingle. Then, the Rihanna-inspired Ladykiller on the All fired up CDsingle, all techno/R&B, bouncy and straightforward, with its killer beat and perfect chorus, with memorable vocal chant and electro bits. Both should have made the final album tracklisting as more bonuses !!! Imagine those who don't have these singles and don't know these tracks : I don't know how they can live without it LOL. Na, seriously, both songs were produced by the ex PWL guys and co-written witht he girls and were good enough to make it to the album for me ; both could have been singles in their own rights too !
So now I must have put some curiosity in mind, please go check this album online and order yourself a copy : it seems it has been nice-priced for Christmas (£6.99 on Amazon.co.uk for now) so you can't pass on it !












Ne la regardez plus comme l'ancienne Lorie...

Regarde-Moi le dit, Lorie ne veut plus qu'on la regarde comme l'ancienne Lorie, la meilleure amie des jeunes filles qui chantait de la pop sucrée pour ados et a vendu des millions de disques avec l'aide de son complice auteur compositeur Johnny Williams. Elle est maintenant une femme, est passée des mains de bûcheron de Garou à celles non moins viriles de Philippe Bas, avec qui elle a tourné son second téléfilm pour TF1 Un mari de trop, et elle continue son bonhomme de chemin avec Frédéric Chateau (sous son nom de scène Asdorve) pour un second album pop/électro autoproduit en famille, après 2LOR en moi en 2007 porté par les singles Je vais vite, Play et 1 Garçon, mais qui avait déjà été moins porteur que les précédents en vrais tubes.

Annoncé par le single Dita, inspiré par l'effeuilleuse burlesque Dita von Teese, ce nouvel album s'inscrit en ligne directe du précédent et est entièrement réalisé par Asdorve, quand le précédent invitait quelques pointures de studio internationales. Budget réduit je pense donc, crise du disque oblige, et succès pas garanti... Dita, malgré un clip haut en couleur et sensuel, n'a pas vraiment séduit les foules, programmateurs radios comme ancien public de Lorie l'ado, et, à moins d'un bon choix de second single, j'ai peur que l'album peine à se vendre en dehors du cercle des fans ou des pop/dance addicts comme moi.

L'intégrale ouvre le bal avec des sonorités bien électros et la voix bien reconnaissable et toujours enfantine de Lorie, un peu passée à la moulinette autotune par endroits, et ce premier titre composé par Asdorve avec un texte de Lorie toute seule comme une grande, est plutôt bien tourné, avec un bon pré-refrain et un refrain qui tourne en boucle et nous met bien dans l'ambiance du reste de l'album : pop/dance électro, tendance revival 90s.
Le premier extrait Dita suit avec son intro arabisante et sa rythmique montée sur vérins hydrauliques, et je ne peux m'empêcher de penser que s'il avait été appelé Juste un détail de la phrase du refrain qui se vrille dans notre tête et se mémorise, peut-être que ce sexy Dita écrit par Thierry Surgeon et Delphine Dobrinine sur une nouvelle musique d'Asdorve aurait eu plus d'impact pour envahir nos ondes radios.
C'est la même Delphine qui signe le texte titre donnant son nom à l'album et ce Regarde-moi voit Lorie poser sa voix parlée sur des couplets gainsbourriens avant que Fred Chateau retrouve son vocoder période Do you love me de Mademoiselle (il partage avec son compère d'alors Rami Mustakim le mixage de l'album aussi) pour des choeurs refrain en anglais sur musique orientale tandis que Lorie chante la phrase titre. Ce titre est un drôle de melting-pot dance, ethnique, sensuel, mais somme toute assez daté ; il me fait penser au Serpent qui danse de François Feldman, c'était en 1991...
Juste à tes côtés qui suit est LA ballade de l'album, signée paroles et musiques par Frédéric Chateau, qui accompagne Lorie au piano, et c'est un beau moment de douceur, de calme, une déclaration d'amour tout simplement, en fragile simplicité rehaussé de beaux arrangements de cordes entourant le piano/voix très en avant. Titre hors-norme sur l'album, mais une réussite !
Retour aux sonorités électros avec Faut-il que je développe ? et Lorie se la refait voix parlée sur des couplets qui ne sont pas sans rappeler Je t'aime mélancolie de Mylène Farmer, dont Lorie est fan, faut-il le souligner... Le refrain est chanté par une choriste en anglais à voix forte, à la manière d'une Carole Fredericks, et ce titre très rétro années 90 me plaît énormément ! Les paroles sont à la fois sexy mais surtout aussi rigolotes, bien que parlant de précarité et des difficultés d'embauche.
Nous ne sommes pas des anges enchaîne et le son redevient plus actuel, électro/pop, et ce titre sonne pour moi comme l'Adulte & Sexy de Lorie ; le thème abordé de l'homosexualité, la phrase titre qui me rappelle la chanson d'Emmanuel Moire, la rythmique, tout dans ce titre la fait paraître adulte et sexy... A 4'51, la chanson se termine en longueur sur des instants de vie musicaux et gazouillis de bébé comme la BO d'un reportage sur la vraie vie de tout à chacun ; intéressant mais à éditer s'il fallait l'envoyer en radio...
Si je tombe suit dans un format plus habituel et radiophonique, mais même si le refrain pop bien uptempo est accrocheur, je ne le trouve pas assez tubesque pour sortir en single et tenter de réussir là où Dita a semble-t-il échoué... C'est ensuite Une histoire sans faim qui ralentit le rythme pour un texte co-écrit par Lorie sur l'anorexie avec en fond une mélodie mid-tempo et des arrangements de cordes, mais ce titre est un peu fade, en fait...
Le Têtu qui suit sur des paroles de Lorie seule et une musique ultra pêchue d'Asdorve a beaucoup plus de potentiel bien qu'elle puisse n'intéresser que sa fanbase gay, à moins que le magazine LGBT ne lui ai commandité un hymne pour une prochaine compile. Les couplets alignent les questions sur le jeu de mot "T'es-tu déjà..." alors que le refrain très mémorisable répète "Alors tu te tais, tu es trop têtu !" sur une musique dance/électro presque dark avec choeurs masculins gutturaux qui s'opposent un peu trop à la voix de la chanteuse ; à effacer pour le single mix, si vous voulez mon avis...
Le Volupté qui suit est le seul titre à ne pas être composé par Asdorve, mais par Gilles Lakoste, qui avait travaillé sur le dernier album d'Ysa Ferrer, et je pense en effet que Lorie s'installe de plus en plus sur le créneau électro/pop de notre belle Ysa, qui a déjà du mal à s'imposer en France avec ce son. Le titre est entraînant mais le refrain minimaliste ("Volupté ! Na na na na...") et ça sent déjà la fin de l'album je trouve.
J'en fais de trop est en effet déjà le dernier titre, et à 2'07, ce n'est pas une vraie chanson pour moi, avec une dernière fois des paroles de Lorie, mais ce titre n'est que ce qu'il paraît être au premier abord : un interlude collé là pour finir sur un pied de nez, et je trouve que cet album a un goût d'inachevé !
Il ne me fait pas le même effet que 2LOR en moi, qui m'avait plu quasiment du début à la fin... Dommage. Mais il y a quand même de bons moments, mais pas assez de refrains bien émoussés pour conquérir les charts je le crains ! A part Faut-il que je développe ? et Têtu, ou peut-être Si je tombe si elle ose, je ne vois guère pas d'autre single potentiel, à part Juste à tes côtés qui, en dehors de son style musical dance, pourrait lui rallier quelques anciens fans lâchés en cours de route et lui rouvrir les portes de radios généralistes largués par ses sons électros et thématique trop sexy.
Du coup, j'ai peur que la belle ne se retranche dans sa carrière à la télévision et que son prochain album ne soit qu'un nouveau Best of incluant ses derniers titres commandité par Sony avant de lui rendre son contrat ; à notre époque, ça vend ou ça rend ! Et vu les ventes de Regarde-Moi en quelques semaines d'exploitation, il semble que Noël ne va pas avoir beaucoup de CD de Lorie sous le sapin :( Faut dire que la pochette, avec sa tête choucroutée, n'incite pas non plus... mais ce n'est que mon avis ! Donnez-lui sa chance et écoutez les extraits pour voir au moins, à quoi la Lorie d'aujourd'hui ressemble : il y a un peu d'Ysa Ferrer, un peu de Kylie Minogue encore, pas mal de Mylène Farmer finalement aussi, et c'est ce à quoi elle a envie de ressembler, et pas ce que son producteur lui fait chanter pour vendre des CD en hypermarchés comme avant... C'est déjà ça !

samedi 17 décembre 2011

Ysa Ferrer sort enfin "Pom Pom Girl" en single début 2012 !

Ysa Ferrer ne lâche pas l'affaire et continue l'exploitation de son album Ultra Ferrer sorti (déjà) fin 2010 et c'est au tour de Pom Pom Girl de sortir en single, le quatrième et sans doute le dernier aussi de son quatrième album.
Annoncée pour le 23 Janvier 2012, la sortie de ce single bénéficie d'ores et déjà dans la boutique officielle d'Ysa de ses liens de pré-commandes.
(http://www.ysaferrer.com/boutique/products_new.php)
Au programme, deux maxi CDs, un vinyl picture-disc et un Tshirt ; inutile de vous dire que j'ai déjà commandé mes deux maxis... Le tracklisting est alléchant puisque pas moins de 10 remixes constituent ce double package, en plus de la version originale figurant sur l'album et de l'instrumental : des remixes de Jaimy Jay, DJ Ram, Ilario Estevez, Axel Lecoste ou encore Paul Rayner, mais surtout une version acoustique en duo avec Michal sous son pseudo Self Concept, pour consacrer le duo qu'ils se sont offerts sur scène lors de la soirée live pour la sortie de l'album de Self Concept, paru sur Lovarium Productions.
Il me tarde de recevoir mes CDs que je puisse me gaver des nouvelles versions d'un des titres forts de son dernier album !
Et juste pour le plaisir, en attendant le clip, que j'imagine forcément très look High Schools américaines, j'aligne les paroles pour chanter tous en choeur :

Y.S.A. Y.S.A! F.E.R.R.E.R
Y.S.A. Y.S.A! F.E.R.R.E.R

Un coup de baguette, un peu de mascara
Mistinguett, B.B. ou Barbara
A l'école, je rêvais d'être un pom pom girl, pom pom girl

Imprimé panthère, tenue de Gaga
Je me sens fière chaque fois que je libère
Celle qui se cache en moi, moi, moi, moi

Quand l'autre se glisse en moi,
Comme le sang jusqu'au bout de mes doigts
Tout mon corps exprime sa joie
Comme Samson juste après son combat
En manque de toi, je m'accroche à n'importe quoi
En manque de toi, je n'me reconnais pas

Dans la gestuelle, dans les moindres détails
Sensuelle, c'est mon vice ma bataille
A l'école, je rêvais d'être une pom pom girl, pom pom girl

Faux cils et rimmel, le buste droit
J'me sens belle chaque fois que je réveille
Celle qui sommeille en moi, moi, moi, moi

Quand l'autre se glisse en moi,
Comme le sang jusqu'au bout de mes doigts
Tout mon corps exprime sa joie
Comme Samson juste après son combat
En manque de toi, je m'accroche a n'importe quoi
En manque de toi, je n'me reconnais pas

Double hook, crazy eight,
Double nine, double take
Y.S.A. Y.S.A. F.E.R.R.E.R
Pom Pom Girl, Pom Pom Girl

Quand l'autre se glisse en moi,
Comme le sang jusqu'au bout de mes doigts
Tout mon corps exprime sa joie
Comme Samson juste après son combat
En manque de toi, je m'accroche a n'importe quoi
En manque de toi, je n'me reconnais pas

mercredi 14 décembre 2011

un aperçu de Glee, Saison 3

Alors que la première partie de la troisième saison de Glee s'est terminée ce mardi en Amérique avec l'épisode 9 spécial Noël (reprise le 17 Janvier 2012 pour la suite), il est temps pour moi de faire un petit résumé de la situation pour les fans français qui n'ont pas vu tous les épisodes en streaming OP sur internet.

La saison 3 démarre sur les chapeaux de roues et passe très vite sur les événements qui ont, durant la coupure d'antenne estivale, un peu changé l'intrigue. Le changement majeur est le départ (en dehors de l'état, donc de l'école, donc de la chorale) du personnage de Sam Evans, alors qu'il entamait une histoire d'amour avec Mercedes, et que sa blondeur Bieber-esque avait attiré les jeunes filles en fleur devant leurs écrans la saison précédente. Son timbre de voix soul/folk était particulièrement attachant et c'est manifestement une disparition qui a affolé les audiences puisqu'à partir de l'épisode 8, il a ré-intégré le casting.
Autre changement majeur, le personnage de Quinn s'est teinté de beaucoup de noirceur, ainsi que de mèches roses, pour une descente aux enfers puis renaissance vengeresse qui occupe le devant de l'intrigue, alliée avec Puck pour tenter de récupérer leur bébé des mains de Shelby, la chanteuse/comédienne Idina Menzel revenant intégrer l'équipe à plein temps pour lancer un deuxième Glee club concurrent des New Directions. C'est plus ses relations avec Puck (qui en tombe amoureux, Quinn qui veut lui faire perdre ses droits parentaux pour récupérer sa fille, et en cheftaine donc des Troubletones que son rôle est exploité, plutôt que vis à vis de sa fille naturelle Rachel Berry.
Les Troubletones qu'elle coache naissent avant tout de l'émancipation de Mercedes Jones du Glee Club où elle ne se sent pas mise en lumière, puis de l'association avec Santana et Brittany, elles aussi partantes des New Directions, qui malgré tout bénéficient de l'arrivée de Blaine en voix lead masculine, ce qui n'est pas sans provoquer jalousie de la part de Finn.
Autre recrue, le jeune Damian J.McGinty sorti vainqueur début 2011 de l'émission de télé The Glee Project et qui intègre le casting pour interpéter un irlandais Rory Flanagan que Brittany, toujours aussi candide
, prend pour un elfe invisible aux yeux des autres. Une autre candidate de ce show a droit à sa part du gâteau, Lindsay Pearce, jouant le rôle de la leader d'une chorale concurrente dans le premier épisode. On la retrouve dans l'épisode 8 aux sélections communales chantant Buenos Aires tiré d'Evita.
Un autre nouveau personnage fait son apparition, Sebastian, au sein des Warblers, interprété par le comédien Grant Gustin
, et sensé semer le trouble dans le couple Kurt/Blaine puisque voulant voler ce dernier à Kurt pour le faire revenir à la Dalton Academy. Dommage qu'on ne l'entende pas vraiment pousser de la chansonnette ; il ne risque pas de concurrencer Kurt sur ce plan là, et côté physique, il n'est pas non plus l'Apollon qui aurait pu magnétiser Blaine. Dommage que les producteurs de la série n'aient pas plutôt engagé le chanteur comédien Chris Salvatore, des derniers Eating Out, et qui, non content de mener une carrière de chanteur pop/electro underground sur internet, avait le physique pour devenir le bourreau du petit coeur gay de Blaine. Je sens que ce trio va prendre plus de poids dans l'intrigue de la suite de la saison 3...
Dans la même thématique très rose, la fin de première partie de la saison se centre sur Santana et son homosexualité refoulée envers sa copine cheerios Brittany, qui concourt pour être élue déléguée face à Kurt et Rachel, en même temps que le père de Kurt bat campagne contre le coach Sylvester pour le sénat. C'est dans ce climat de coups bas de campagne à l'américaine que Santana va se voir outée, par la faute de Finn au départ, et va devoir assumer au grand jour son attirance pour les filles. Cela nous donnera l'occasion d'avoir un bon moment musical le temps d'un énergique I kissed a girl de Katy Perry. Et il faut avouer que côté chansonnettes, ce début de saison 3 m'a moins plu que les précédentes : trop de titres americano-américains moins connus en Europe peut-être, ou trop de titres extraits de comédies musicales (la part belle est faite à West Side Story que la troupe du Glee Club répète) ?
A retenir également pour vos achats sur iTunes, l'autre tube de Katy Perry interprété cette fois par Blaine avec les New Directions, Last friday night, ou encore Fix you, la reprise de Coldplay par Will (aka Matthew Morrison) moins présent au micro dans cette saison je trouve, Spotlight de Jennifer Hudson magnifiquement rejoué par Mercedes, le beau Out here on my own de Fame par Mercedes & Rachel, tous trois issus de l'épisode 3 plutôt réussi, ou bien Uptown girl par les Warblers, le medley Rumour has it / Someone like you de Adele par les filles des Troubletones, et enfin le Fuckin' perfect de P!nk par Kurt & Blaine. Pour le spécial Noël, j'ai aimé leur reprise chollégiale du Do they know it's christmas ? du Band Aid à la soupe populaire, tandis qu'aux sélections, de leurs titres Jackson-iens, j'ai surtout apprécié leur version de mon favori Man in the mirror, mais on nous annonce pour le début de la reprise de saison en 2012 un épisode spécial Michael Jackson comme on a déjà eu un épisode spécial Madonna ou Britney Spears. La première compilation, le volume 7 (déjà!) est sorti à temps pour Christmas, en même temps qu'un volume 2 de chansons de Noël.
Qu'en est-il des invités prestigieux annoncés ? Pas trace encore de la tante lesbienne de Kurt annoncée être Anne Hathaway, ni Ricky Martin, Gloria Estefan et consors. A part Idina Menzel devenue caractère récurrent, pas grande star intégrée au casting...


Sinon, une bonne thématique conflit père/fils entre Mike Chang et son médecin de père, ou le flirt de la coach Beiste, improbable midinette vierge de 40 balais au physique de camionneuse au programme, avec guéguerre à venir avec coach Sylvester pour l'homme de son coeur ; ça promet !

En conclusion, un début de saison un peu mou du genou quand même, avec des audiences américaines à l'unisson puisque en pleine dépression, et j'espère que le renouvellement des auteurs & scénaristes qui doit en être la cause ne va pas causer la perte de cette si bonne série renouvellée pour l'heure déjà pour une saison 4... A suivre donc en 2012 en streaming et VO, mais avec la saison 2 VF qui devrait également sortir en DVD après diffusion sur ...M6, W9 ?

dimanche 11 décembre 2011

match d'ex de M6 : Chimène Badi vs Amel Bent pour Noël

Au programme aujourd'hui, un nouveau duel d'album d'ex candidates d'émissions musicales de M6, Chimène Badi contre Amel Bent, toutes deux dans les bacs en cette fin d'année avec leur nouvel album, Gospel & Soul et Délit mineur respectivement.
Si j'ai souvent été plus proche de la bonne variété française de la première, sans compter sa voix incroyable qui m'avait fait vibré dès ses premières auditions de Popstar alors qu'elle n'était qu'une petite ado encore boulotte et boutonneuse, et moins dans le feeling plus street/R&B de la seconde, la voix délicieusement cassée de cette dernière et sa personnalité plus qu'attachante m'ont toujours fait acheté ses albums autant que ceux de Chimène. Leurs maisons de disques Universal et Sony jouent la carte de la sortie d'avant Noël pour les deux chanteuses cette année avec la sortie à une semaine d'écart du cinquième album de Chimène (depuis le précédent, il faut oublier son patronyme et s'en tenir à son simple prénom...) et du quatrième d'Amel Bent. J'avoue cette fois avoir été plus heureusement surpris par la pop soul sucrée de la belle (et amaincie) Amel que par les reprises soul/gospel un peu saoûlantes de Chimène.

Son dernier album de pop/soul un peu jazzie et moins variété grand public m'avait déjà moins plu, même si je le trouvais très beau, et ses ventes ont montré que je n'avais pas été le seul à bouder quelque peu le nouvel univers plus classieux de Laisse les dire. C'est donc le concept moins risqué d'album de reprises qui a été choisi par sa maison de disques, après une première tentative en studio justement avant ce quatrième album... C'est un mix de reprises de chansons soul américaines avec choeurs gospel et de titres français chanté à la façon de avec le même esprit soul qui a terminé sa course en gravure CD et j'avoue que pour moi, même si Chimène s'est peut-être fait plaisir en choisissant certains titres, c'est ce choix de titres qui pêche et fait manquer sa cible à son album, dans mon coeur en tout cas ; pas assez de chansons connues ou que j'aime pour m'emporter avec elle cette fois... Bien sûr, il y a ce très beau duo avec Billy Paul, égal à lui-même, sur Ain't no mountain high enough, mais j'adore la chanson de toute manière, et aussi le magnifique et intemporel Tu planes sur moi des Native, de 1993 et donc un peu hors contexte, mais qui contre-balance plaisamment des titres plus obscurs pour le béotien que je suis en hymnes gospels. Bien sûr, il y a quand même Amazing grace inclus en fin de CD pile à l'heure pour le réveillon et la messe de minuit, mais tout ça ne résonne pas dans mes oreilles hélas, bien que musicalement, l'orchestration et les arrangements (parfois très très rétro, ce qui du coup sied à merveille à la pochette très revival !), la voix toujours aussi chaude et puissante de Chimène comme les choeurs gospel, tout sonne bien et bien fait. Et puis d'abord, je n'ai jamais aimé Parlez-moi de lui donc ça n'était pas super vendeur comme premier extrait pour mes goûts, et peut-être pas que les miens puisque le duo avec Billy Paul plus fédérateur sans doute a vite pris la suite en promo pour forcer l'album au pied du sapin. L'album se termine ausi par un très beau Try a little tenderness mais on sent que le but n'était pas de concurrencer Seal et ses albums Soul et Soul 2 avec des titres vu et revus. Malgré tout, ce n'était simplement pas un album pour moi...

De l'autre côté, Amel Bent et son Délit mineur, même si la pochette plus cheap (et un livret n'incluant les textes que de 5 des 12 titres...!) avec son concept de suspect en ligne (c'est rigolo quand même) et son lettrage orange fluo (berk!) ne me faisait pas trop envie, a été une meilleure surprise : douze titres, un de Jean-Jacques Goldman, un de Maxime Le Forestier, plusieurs écrits par Amel elle-même et un premier single, Je reste, écrit par Benoît Poher (de Kyo). Une bonne ambiance pop/R&B avec sa voix toujours soul, avec un bon mélange de titres uptempos et de ballades, et cette fois, ce sont plus les morceaux rythmés qui m'ont envahi les oreilles quand d'habitude c'étaient ses ballades que je trouvais mortelles ! C'est bien, elle se renouvelle :)
Déjà, l'album s'ouvre par le très addictif (et prochain single obligatoire!) Délit et son refrain qui se mémorise immédiatement ("Je suis comme prisonnière perdue dans cet univers...") avec du piano bien présent comme je les aime et une rythmique appuyée mélangée à des riffs de guitares qui lui confère finalement un son plus pop/rock que R&B ; seule la voix d'Amel l'enracine dans son univers habituel. Je reste, le single marquant son retour, est lui un plaisant mid-tempo à la rythmique un peu syncopée où Amel s'éclate en vocalises ad-lib, mais ce n'est pas le titre que j'aurais choisi comme premier single... Les chansons tristes, au contraire, aurait fait un génial retour en fanfare, avec ses paroles clin d'oeil à son premier tube Ma philosophie et ses arrangements funky en diable, façon Earth Wind & Fire live. J'aime aussi beaucoup son Il marche, des compères habituels de Christophe Willem, Olivier Schulteis / Jean-Pierre Pilot / William Rousseau, qui est bien porteur aussi, avec sa rythmique presque militaire et ses paroles d'Amel elle-même qui se noient dans son flow soufflé sur le refrain ; pas assez puissant cependant pour sortir en single, je le crains. Son duo avec sa soeur (Melissa Moon), Tu fermes les yeux, n'a pas ce problème, puisque le refrain est très accrocheur et, avec une agréable mélodie et une bonne rythmique, ce nouveau titre uptempo a tout ce qu'il faut pour vendre l'album en radio.
Côté ballades, Toi, dont les paroles ornent le livret et paraît donc un choix possible de single je suppose, reste bien fade comparée aux titres précédents. A quoi tu penses, écrit et composé par les mêmes François Welgryn & Jérôme Sebag, est une ballade mélancolique qui a déjà plus de charme, avec ses violons sur le refrain, mais je ne le vois pas non plus sortir en single pour autant. Gageons que de toute manière, le featuring de Goldman, l'autre ballade très acoustique Si j'en crois, dont les paroles s'affichent sur papier glacé, est un single obligatoire, mais, dans l'esprit du titre S'il suffisait d'aimer, je lui trouve une mélodie vieillotte qui me fait penser à du Yves Duteil, et les arrangements sirupeux du break instrumental le font sonner sur la fin comme une musique de dessin animé de Disney... Je m'attendais à mieux de Jean-Jacques ! Non, vraiment, les chansons lentes de l'album sont en dessous de ce qu'elle nous offre d'habitude, à part peut-être C'est arrivé aujourd'hui qui a une belle mélodie enlevé que la voix d'Amel porte haut dans nos coeurs, et surtout Je me l'interdis, plus mid-tempo en fait, qui bénéficie là encore d'un très bon refrain mais où l'on retient l'accroche "j'ai besoin qu'on m'aime" qui aurait dû être le titre de la chanson à mon avis... L'album se termine avec une chanson quasiment a capella, Mineure de Maxime Le Forestier, et c'est une conclusion de moins de 3 minutes étrange pour cet album qui malgré tout laisse un bon goût dans la bouche.

Suivant vos goûts deux beaux albums donc à s'offrir ou à offrir pour cette fin d'année, un plus spé gospel avec quelques titres plus accessibles soul/pop, et un autre, street pop qui remue bien le popotin dans l'air du temps (sans se mixer à l'électro quand même, hein!) et soigne les bleus de l'âme avec la voix si mélancolique de son interprète.










jeudi 1 décembre 2011

Jeudi 1er Décembre : toujours ne rien lâcher contre le SIDA

Jeudi 1er Décembre :
1 jour dans l'année pour en parler
365 jours pour ne pas l'oublier :
même si le SIDA peut être contré par les trithérapies aujourd'hui,
On n'en guérit toujours pas,
On n'a pas trouvé de vaccin,
On en meurt toujours...
Alors préservez-vous,
préservez ceux que vous aimez,
une seule méthode : la capote !





mercredi 23 novembre 2011

how would you mime a song? this guy does Britney perfectly !

How would you mime a song, word by word ?
This guy knows how for sure and it's a lot of fun to watch him do Britney's ...Hit me baby one more time !







The man's name is David Armand and he even duetted with Natalie Imbruglia on her hit Torn :



mardi 22 novembre 2011

25 ans de carrière pour Kylie Minogue...

Pour fêter ses 25 ans de carrière, Kylie Minogue va enfin contenter ses fans, qui en rêvaient depuis qu'il y a quelques années de cela on avait cru qu'elle allait enregistrer un album swing/jazz comme son camarade Robbie Williams avec Swing when you're winning, et elle a enregistré aux mythiques studios d'Abbey Road apparemment pour un album symphonique à paraître au printemps prochain.
Au menu de ce nouveau CD, des versions revisitées de ces anciens tubes et il me tarde ! En effet, j'ai toujours autant aimé ses versions dépouillées que la dance/pop originale, à l'image des versions acoustiques déjà interprétés en concert depuis quelques années (Better the devil you know ou I should be so lucky, qu'elle vient d'ailleurs d'interpréter dans le programme X Factor australien -cf video ci-dessous-). Et je rêve que son nouveau single soit justement ce premier tube de 1987 de Stock Aitken & Waterman, version orchestre. Quoi de mieux pour consacrer sa carrière couvrant 3 décennies ?



Sinon, j'espère qu'au tracklisting figureront Wouldn't change a thing avec les obligatoires I should be so lucky et Better the devil you know pour la période Hit Factory, et I believe in you, On a night like this, In your eyes, The one, In my arms, All the lovers et Get outta my way que j'entendrai assez bien orchestrés ainsi, avec les obligés Confide in me et Can't get you out of my head. Helena Noguerra avait repris ce dernier à sa manière et Kylie pourrait aisément se le ré-approprier avec les mêmes arrangements buccoliques...
Je suppose qu'il va nous falloir attendre jusqu'à Avril / Mai 2012 mais on en saura plus avant j'espère !

Taio Cruz covers Adele's Someone like you


samedi 19 novembre 2011

Prismophonic, le 3ème album de Christophe Willem, meilleur album francophone 2011 !

Il sort lundi 21 Novembre mais c'est aujourd'hui que j'ai reçu mon édition collector des mains de mon facteur, en même temps que ma dernière commande Amazon, et j'avoue que ce troisième album de Christophe Willem a totalement éclipsé pour l'heure les albums anglais de JLS, Parade & Pixie Lott ; je l'écoute en boucle depuis ce midi tant et si bien que j'ai décidé de poster en exclusivité deux jours avant la sortie officielle ma review complète des 13 titres (et oui, l'édition collector en précommande, non content d'inclure un DVD interview avec le clip de Cool, bénéficie aussi -et surtout- d'un titre supplémentaire bonus!).

1. STARLITE 3'31 10/10
(Zaho / Richard Stannard / James Wiltshire / Russell Small / Amanda Wilson / Tom Kent / Hawk Wolinksi) Réalisation : Freemasons & Sarah DeCourcy
C'est sur les notes du Ain't nobody de Chaka Khan que démarre ce nouvel album de Christophe Willem. Ça ne dure qu'un instant puisque l'on bascule vite sur ce titre disco/dance composé par les Freemasons avec Richard Stannard (responsables ensemble des derniers tubes de Sophie Ellis-Bextor par exemple) avec la diva house Amanda Wilson et son collaborateur de Seek Bromance notamment, mais la petite mélodie archi connue rejouée reste présente tout le long comme un sample. Le texte de Starlite colle impeccablement au rythme du titre en faisant chanter à Christophe son amour du monde de la nuit et de la danse qui libère et le fait se sentir lui-même. La chanson emprunte le refrain complet du tube de 1984 au deux tiers de la chanson, comme pour mieux fondre l'inspiration de ce titre avec l'ambiance originale des tubes disco sur lesquels Christophe doit s'éclater en discothèques ; n'oublions pas que Christophe avait déjà repris plusieurs tubes discos/funky Sunny, bien sûr, Can you feel it avec Miss Dominique mais aussi September et Heartbreaker pour la bande originale du film Disco. Sachant que le son disco marche toujours fort et vu sa place en ouverture du CD, je n'ai pas le moindre doute que cet énergique et addictif Starlite soit choisi comme futur single extrait de Prismophonic.

2. COOL 3'13 9/10
(Franck Dewaere / Jean-Pierre Pilot / William Rousseau / Olivier Schulteis) Réalisation : Steve Anderson & Sarah DeCourcy et Jean-Pierre Pilot, Olivier Schulteis & William Rousseau
C'est ensuite au single précurseur de l'album de garder le ryhtme bien funky en remplaçant les sons discos par des arrangements électros plus modernes. Son Cool est le seul titre franco-français côté écriture et il sonne comme s'il avait été écrit pour s'intégrer dans Caféïne. En ce sens, c'était le titre parfait pour assurer la transition entre ces deux albums. Les couplets sont bien écrits et se retiennent bien, notamment grace au gimmick répétitif "climax/max" d'ouverture, mais c'est son refrain qui emporte tout sur son passage, avec son "Crazy, oh si crazy, crazy love" où la voix de Christophe se fait celle d'un ange sous amphét', et je m'étonne toujours que ce soit la phrase finale " faut que je reste cool" qui donne son nom à la chanson, qui aurait dû, au minimum, être sous-titrée Crazy. Ses choeurs envahissants et sa basse funky en diable ajoutent à cet effet addictif un peu dingue et la vidéo où Christophe se retrouve aliéné sous camisole de force colle parfaitement au morceau finalement.



3.
L'AMOUR ME GAGNE
4'15 9,5/10
(Christophe Willem / Richard X / Hannah Robinson) Réalisation : Richard X & Sarah DeCourcy
L'amour me gagne
démarre tout doucement, avec des sonorités Trance lointaines, puis la voix de Christophe qui déroule lentement le premier couplet avant l'envolée du refrain. Ecrit et produit par Richard X, déjà responsable du dernier album de Will Young, qui est bien parti pour finir album international de l'année dans mon coeur, ce troisième titre exploite une autre direction, plus laid-back, tout en étant rythmiquement toujours pop/dance, et finalement pas très éloignée de ce que Will Young nous a proposé sur Echoes, à la différence que la voix de Christophe ne s'y fait pas suave puisque le texte qu'il a lui-même apposé à la musique de l'anglais compare le coup de foudre à une blessure. On imagine bien sûr Cupidon décochant sa flèche mais je ne peux m'empêcher d'entendre plus de mélancolie que de plaisir dans la voix de Christophe, comme s'il subissait ce coup de foudre plus qu'il ne l'appréciait. En tout cas, ses mots sont parfaits et Christophe n'a pas à rougir de sa plume. Ecrits en une nuit et inspirés par les musiques qu'il venait de recevoir en studio alors qu'il repartait par Eurostar le surlendemain, ses textes profitent de cette urgence si bien que pour le quatrième album, Christophe pourra donc se passer de collaboratrice pour lui écrire les textes et se suffire des siens. Au final, on retient de L'amour me gagne un titre planant, chaud et mélancolique, qui berce sans endormir, comme une lente hypnose de discothèque allemande.

4. SI MES LARMES TOMBENT 3'55 9/10
(Zaho / Steven Anderson / Karen Poole) Réalisation : Steve Anderson & Sarah DeCourcy
Retour à la formule piano/voix où Christophe Willem sait si magnifiquement briller pour Si mes larmes tombent, qui fut le premier morceau sur lequel Zaho posa ses paroles. C'est une très belle ballade acoustique au piano ominiprésent avec des arrangements de cordes mesurés. On imagine très bien Christophe l'interpréter avec un orchestre symphonique complet derrière lui et une armée de choristes pour ajouter dans le mélodramatique, mais cette version de l'album est déjà touchante à souhait, avec ce très beau texte. Je trouve cependant qu'en dehors de sa phrase titre, son refrain se retient moins que les couplets finalement ; je le vois donc mal être exploité comme single, bien que ce "si mes larmes tombent" soit peut-être suffisamment fort pour retenir l'auditeur. Je suis curieux d'entendre sa version anglaise.

5. INDELEBILE 3'44 en duo avec Zaho 7,5/10
(Zaho / Phil Greiss) Réalisation : Phil Greiss
C'est avec son compositeur/producteur habituel que Zaho a écrit ce titre en duo, à la rencontre de leurs deux univers. Pop/R&B donc, Indélébile se pare même je trouve de sonorités arabisantes dans la manière de chanter le refrain, avec une rhythmique très appuyée, un peu à la façon Tambour du Bronx. J'y entends quant à moi finalement peu la touche Willem, où alors, c'est que la production de Steve Anderson me manque, et j'avoue que c'est le titre que je trouve le plus faible de l'album. En effet, alors que je trouve tous les titres de Christophe hors-normes, celui-là sonne comme tant d'autres productions de R&B francophone, et la voix même de Christophe manque d'éclat.

6. JAMAIS DÛ 3'32 9/10
(Zaho / Steven Anderson / Jamie Hartman / Tina Harris / Christophe Willem) Réalisation : Steve Anderson & Sarah DeCourcy
Christophe retrouve pour l'écriture de ce nouveau titre uptempo et planant à la fois ceux qui avaient déjà co-écrit le magnifique Fragile sur l'album précédent. Son Jamais dû démarre par des nappes de claviers enveloppantes avant la voix presque enfantine de Christophe, et dans sa structure, c'est un nouveau titre d'inspiration Trance où la phrase titre "J'naurais jamais dû croiser ton regard..." commence en fait chaque couplet, et il n'y a pas vraiment de refrain, juste une petite mélodie aérienne qui suit le couplet pre-chorus avant qu'on enchaîne un nouveau couplet. J'aime beaucoup ce paysage musical fait de la voix douce de Christophe posant délicatement le texte sur la musique planante envahie de claviers par touches sans perdre sa rythmique dance ronronnante tout du long. Un remix de Tiësto ou d'Armin van Buuren et ce titre devient un tube dans les boîtes d'Europe continentale !

7. ENNEMIS IN L.O.V.E. 3'42 10/10
(Zaho / Steven Anderson / Karen Poole) Réalisation : Steve Anderson & Sarah DeCourcy
Ennemis in L.O.V.E.
change son fusil d'épaule et ramène une rythmique disco/funky en intro de ce PUR TUBE ! "SINGLE ALERT" clignotent tous les écrans de mes lecteurs... Ce titre est tout simplement une bombe pour les radios, avec un refrain incroyable qu'on retient dès la première écoute : "En-ne-mis d'amour, ennemis toujours, ennemis in L.O.V.E., Loooove..." Les arrangements sont finalement plus disco à la Giorgio Moroder/Donna Summer en arrière plan et la voix de Christophe se la joue diva, montant comme il sait si bien le faire dans les aigus après les couplets dans des tonalités plus basses. Par moment, c'est simple, j'ai cru qu'il partageait le micro avec une invitée, et en fait, ce titre sonnerait très bien en duo masculin/féminin, avec des voix tour à tour mélées ou se répondant sur les couplets et sur le refrain. Je pense que c'est une idée à exploiter pour sa version anglaise ; c'est le tube idéal à enregistrer avec une chanteuse connue dans le pays et à sortir en single, à la manière de ces titres anglais que certains sortent en France en duo avec un artiste français (Ronan Keating/Cécilia Cara, Enrique Iglesias/Nâdiya, etc.). Enfin, je ne crache pas sur cette version album puisqu'il n'y a rien à jetter, c'est le futur single obligé !

8. AUTOMATIK 3'49 10/10
(Zaho / Joakim Olovsson / Björn Olovsson / Isabel Guzman / Pär Andreas) Réalisation : Tortuga & Sarah DeCourcy
Pour Automatik, Christophe chante cette fois un titre écrit par la chanteuse nordique Isabel Guzman et son équipe, également à la réalisation, et c'est de l'électro-pop de qualité internationale, actuelle, dansante, incontournable ! On pense à Kylie, à Robyn, au meilleur de la trendy pop éléctro suédoise, et le texte de Zaho colle à la perfection à la mélodie uptempo hyper dansante, où cette fois encore, la voix de Christophe s'envole dans des hauteurs dignes d'un castrat. Les arrangements des couplets sont néanmoins plus calmes, planants, même si là, je n'entends pas l'inspiration Trance de certains titres précédents : c'est juste de la pure pop aux arrangements électros actuels ; j'adore !

9. PAS SI LOIN 3'07 10/10
(Zaho / Kylie Minogue / Richard Stannard / Ash Howes / Carl Ryden / Seton Daunt) Réalisation : Richard 'Biff' Stannard, Ash Howes & Sarah DeCourcy
En parlant de la petite (par la taille) diva australienne, on en voit pointer le bout du museau sur ce Pas si loin dans la même lignée pop/dance. Après avoir laissé Christophe adapté en duo pour Caféïne son Sensitized de l'album X, cette fois, elle lui offre en effet une chanson co-écrite avec un collaborateur de toujours, Richard Stannard et son équipe. Zaho fournit une fois de plus les frenchy lyrics, et c'est comme si je pouvais presque entendre la démo en anglais chantée par Kylie Minogue... Je voudrais bien l'entendre, d'ailleurs, car ce titre est du pur Kylie, période Fever ou Aphrodite, de la zique comme je l'aime, et Christophe Willem aussi apparemment (que de points communs !). C'est la phrase de fin de refrain "le bonheur n'est pas si loin" qui donne son titre français à la chanson mais je trouve que c'est le gimmick "Dis-lui bye bye, baby, bye" plus répété qui se retient plus. Enfin, pas la peine de rêver, si le featuring à l'écriture est un argument pour vendre l'album, je doute que ce sautillant morceau très fun ait quelque chance d'être choisi comme single ; c'est juste un très bon titre d'album...

10. JE REJOINS LA SCENE 3'45 8,5/10
(Christophe Willem / Steven Anderson / Lisa Greene) Réalisation : Steve Anderson & Sarah DeCourcy
Je rejoins la scène
est le second titre dont Christophe a écrit les paroles et l'intro retrouve une atmosphère planante sur fond de boîte à rythme bien énervée pour une ambiance à la Entre nous et le sol / Plus que tout, chaude et moite, en déclaration d'amour du chanteur pour son public, la scène où il peut se révéler, avant, tel Cendrillon, de rentrer seul chez lui après minuit. C'est encore un très beau texte qu'il a su créer dans l'urgence et la musique, en mélopée rythmée mais appaisante, nous enveloppe et nous capture à la manière hypnotique du charmeur de serpent. Ce ne me paraît cependant qu'être un bon titre de transition sur l'album. Notez que Steve Anderson et Lisa Greene étaient déjà de ceux qui avaient justement écrit Entre nous et le sol. C'est, après Cool, le deuxième titre qui aurait su parfaitement figurer sur Caféïne.

11. LE TEMPS QU'IL RESTE 4'02 9,5/10
(Zaho / Steven Anderson / Karen Poole) Réalisation : Steve Anderson & Sarah DeCourcy
Dès l'intro, je sens que Le temps qu'il reste est le vrai baroud d'honneur de Christophe Willem avant la fin de l'album. Ce n'est peut-être qu'à cause de sa rythmique disco/dance binaire qui s'étire tout le long du morceau et que j'affectionne, mais ce titre bien uptempo, mais planant encore, me paraît avoir plus de potentiel que ces prédécesseurs. Il est vrai que son refrain bénéficie d'une mélodie très entraînante et de textes bien écrits sur le temps qui passe. De beaux choeurs presque fantômatiques ponctuent également très agréablement le refrain et y ajoutent un surplus de charme, comme s'il y en avait besoin...

12. FALLING 5'25 8,5/10
(Steve Reed / Sarah DeCourcy / Christophe Willem) Réalisation : Sarah DeCourcy
Après ce titre sur l'éphémère, il est déjà temps de refermer ce nouveau chapitre gravé sur CD de la carrière de monsieur Willem, pour le CD standard vendu dans le commerce en tout cas. Et c'est avec un titre tout en anglais composé avec Sarah DeCourcy que Christophe nous donne cet au-revoir. Acoustique, symphonique, aérien, sont des adjectifs qui viennent à l'esprit pour parler de ce magnifique Falling où la voix de Christophe se fait celle d'un ange, sur une lente mélodie planante qui semble descendre des nues. Le texte anglais personnifie à la perfection cette ambiance puisqu'il développe le thème de l'homme en grain de poussière dans l'univers et à mesure que le titre s'étire sur ses presque cinq minutes trente, on se sent comme "lost in space" en appesanteur au milieu des étoiles, juste accompagné du piano et de la voix de Christophe ; un très beau moment de paix et presque de recueillement pour enterrer cet album déjà fini...

13. EQUI-LIBRE 4'01 8,5/10
(Zaho / Steven Anderson / Steve Reed / Sarah DeCourcy / Christophe Willem) Réalisation : Steve Anderson & Sarah DeCourcy
...Sauf si vous avez comme moi pré-commandé la version collector dans son fourreau blanc barré d'un W argenté sur la boutique officielle du chanteur. J'ai du coup reçu en même temps un poster illustré des noms de chaque fan s'étant procuré cette version collector (j'ai eu du mal à me trouver, les noms ne sont pas par ordre alphabétique, mais je figure sur son épaule droite au centre gauche du poster...) que je vais précieusement conserver dans son enveloppe, puisque j'ai passé l'âge de punaiser ce genre d'objet sur les murs de ma chambre... ! La vraie valeur ajoutée, c'est ce treizième titre en vrai bonus, parce qu'un CD de 12 titres, c'est bien, surtout quand ils sont tous bons, mais moi, j'en veux toujours plus... C'est donc une nouvelle composition de Christophe et Sarah DeCourcy, cette fois avec Steve Anderson également, qui enchaîne doucement après Falling. Ce n'est que lorsque éclate le refrain qu'Equi-libre prend de l'intensité, en même temps que la voix de Christophe prend une vertigineuse ascension dans les aigus. "Devenir plus qu'un homme anonyme pour être libre" lui a écrit Zaho en guise de refrain, et elle ne pouvait trouver mieux me semble-t-il. En plus, les sonorités permettent bien à Christophe d'exposer son talent de chanteur sans s'exploser les cordes vocales, encore qu'il a le loisir de les reposer dans les couplets, intimes et timides, presque oppressants, jusqu'à ce que les cordes appellent le refrain qui fait oublier la rythmique presque trip-hop. Equi-libre est bien un titre d'exception, qui ne cadrait pas bien dans le tracklisting normal de l'album, mais qui sonne à la perfection comme le titre dédié aux fans du chanteur, ceux-là prêts à débourser quelques euros de plus pour un petit supplément de l'âme de Christophe mis en musique.

Il me tarde maintenant que sorte la version internationale de l'album, afin que je puisse découvrir les versions originales des ces chansons, puisque, à part Cool je pense, tous les titres de cet album ont existé d'abord avec un texte en anglais.
A noter que l'intégralité des 13 titres a été mixée par Jeremy Wheatley, une des plus grosses pointures de studio anglais actuellement et que Christophe Willem est le directeur artistique de l'ensemble. Il dit d'ailleurs de ce troisième album qu'il représente ce qu'il aime, ce qu'il est actuellement, et que s'il s'inscrit dans la continuité pop/dance anglo-saxone du précédent Caféïne, il y a retrouvé aussi l'humour et l'auto-dérision, le fun qui avait entouré la conception de son premier album Inventaire.
On peut remarquer aussi que Christophe aime à s'entourer d'une artiste féminine pour lui ciseler des textes en français magnifiques. Zazie avait imprimé sa patte sur le premier album, et état ré-apparue pour un double rappel sur le second, où cette fois, la collaboratrice principale était sa guitariste de tournée Skye. Cette fois, c'est Zaho qui signe l'écriture de 9 des 12 titres en français, Christophe s'en gardant deux et le dernier, Cool, étant signé Franck Dewaere. De même, quasiment tout l'album est co-réalisé par Sarah DeCourcy, collaboratrice de Steve Anderson ayant dirigé sous la férule de ce dernier la tournée précédente de Christophe.
S'il s'est encore une fois bien entouré pour cet album, travaillant avec la crème des producteurs pop/dance anglais, Christophe aime aussi s'entourer de collaboratrices avec qui la sauce prend visiblement, vu le résultat exceptionnel à déguster sans modération !
Ce sera ma conclusion à l'écoute de ce Prismophonic dont le nom est tiré de la photo où Christophe tient dans ses mains en lieu et place du micro un prisme de lumière blanche ; chaque chanson de cet album, avec ses couleurs et ses ambiances quelque peu différentes les unes des autres, bien que toujours dans la même mouvance Pop avant tout, sont autant d'ambassadeurs musicaux de ce que Christophe a à offrir au micro. En un mot donc : REPLAY !


samedi 12 novembre 2011

succombez à la Love revolution d'Inna Modja !

Son French cancan nous a envahi les oreilles tout l'été et si j'ai bien résisté au début, plus irrité que charmé par le couplet sans queue ni tête jouant simplement sur les sonorités "Coco choco Chanel & chocolat...", je dois avouer finalement m'être laissé surprendre à fredonner ce Monsieur Sainte Nitouche finalement très Motown-ien au refrain charmant et à son clip amusant où j'ai vu comme une ode à Monsieur Saint Laurent. De là à acheter l'album de la belle, il y avait quand même comme un fossé mais le second extrait, La fille du Lido, lui, m'a dès le début conquis et je me suis décidé à lui donner le temps d'une écoute dès sa sortie lundi dernier et... me suis acheté le CD jeudi en repérant des idées de cadeaux de fin d'année...

D'origine Malienne, la belle Inna, - à ne pas confondre avec la reine du dancefloor, Inna tout court, ou Inna, la roumaine -, Modja donc de son nom de scène, bien que Bocoum de son nom de famille, n'en est pas à son coup d'essai puisque c'est en 2009 que paraît son premier album, Everyday is a new world, soul/folk acoustique bluesy finalement proche de ce que fait Jason Mraz avec qui la belle se fit remarquer sur un Taratata, avant de sortir en single It's alright et surtout un sautillant Mister H moins mélancolique que la tonalité générale de l'album. Je ne m'étais intéressé à son cas que par hasard lorsqu'elle reprit Des'Ree avec un Life plus pétillant et déjà inspiré de la soul américaine période Motown comme ses nouveaux titres.

Vu la couverture médiatique de son French cancan cet été, il me fut impossible de louper son retour et comme je le disais plus haut, je me laissais embarquer comme malgré moi, plus encore que par sa version de Life que je m'étais finalement contenté d'apprécier comme une reprise que l'on épingle dans sa collection de covers. C'est bien La fille du Lido qui changea tout puisque, tout en continuité français/anglais Motown-esque avec son tube précédent, ce nouveau single a l'avantage d'avoir un refrain immédiatement accrocheur et mémorisable, avec ses paroles en français qui se retiennent bien et une rythmique imparable qui fait battre la mesure donne envie de se lever pour remuer du popotin... Bien que plus diversifié, sa Love Revolution m'a donc suffisamment plu lors des previews pour que je l'emporte chez moi et occupe même sa place dans mon blog ; la consécration, quoi ! LOL

Presque entièrement écrit à quatre mains avec Alexandre Azaria, qui réalise le tout également, cet album semble être le bébé d'une belle rencontre artistique et a manifestement été réalisé dans la bonne humeur, puisque ça s'entend et que la jeune et belle chanteuse semble bien plus épanouie et en phase avec son âge sur les rythmiques de ce second opus que sur ceux de son précédent album, finalement triste à mourir...
L'album démarre doucement avec de doux choeurs presque gospel qui déroulent le tapis rouge pour la voix d'Inna Modja sur un Big apple tout en anglais qui cache bien son jeu et enrole très vite des cuivres et une sympathique rythmique soul qui élève le morceau de son intro plus lente. Dès ce premier titre, l'esprit Motown est dans la place et je sens qu'il ets là pour rester tout du long !
Kinks in my hair enchaîne toujours plus gospel/soul avec des choeurs omniprésents pour ce deuxième titre tout en anglais, et je comprends que le français/anglais des deux singles n'est finalement qu'une accroche pour les radios (et le public) pour biaiser leur politique des quotas et être playlistée. Ce nouveau titre toujours uptempo fait cependant la place un peu trop belle aux choeurs plus puissants que la voix lead d'Inna je pense car c'est Angie Cazaux-Berthias (créditée aux choeurs de tout l'album) qui remporte mon coeur...
Heureusement, c'est French cancan (Monsieur Sainte Nitouche) qui suit et on est en territoire connu avec ce méga-tube de l'année 2011. A part l'effet répétitif "coco/chanel" dont je parlais précédemment, j'aime finalement beaucoup cette ritournelle entrainante qui, il faut bien le reconnaître, a un refrain imparable qui se vrille dans la tête et ne veut plus en sortir pour el reste de la journée ! Soutenu par son clip amusant et sexy, ce n'était que justice qu'il trouve son public...
Une guitare sèche démarre le morceau suivant et l'ambiance redescend pour retrouver la mélancolie folkeuse que j'avais entraperçue sur son premier album, sauf que ce You love me n'est pas si triste et morne que ça ; la mélodie va et vient comme une rivière autour du texte, une nouvelle fois 100% en engliche, et je me surprends à dodeliner de la tête en rythme... Bon signe, ça !
Emily, le titre suivant qui s'étire sur plus de cinq minutes, récupère une ryhtmique plus appuyée pour un titre qui se fait plus symphonique avec des arrangements de cordes qui entourent bien le clavier très présent des couplets mais se fondent plus dans le refrain en wall of sound Spector-ien. Là encore, l'univers est philly-retro américain mais j'aime bien.
"L-I-D-O, un jour ce sera L-I-D-O, la fille du Lido..." entonne joyeusement Inna et le second tube de l'album ramène de la fraîcheur et de la légèreté. S'il ressemble à French cancan, ce n'est pas seulement parce que La fille du Lido alterne de la même manière couplets en anglais et refrain en français sur une rythmique d'inspiration 60's bien appuyée, mais aussi et surtout parce que les paroles de ce second single continuent la thématique franco sexy Parisienne de la belle de la mode / cabaret. Son clip est plus sexy encore que le précédent et Inna Modja capture vraiment l'oeil du spectateur autant que ses nouvelles chansons lui vole son coeur. La prononciation de l'alphabet du nom du cabaret, finalement très américaine (à la L.O.V.E.), apporte une touche encore plus addictive à la chanson lors du break comme il avait d'emblée pris place dans l'intro et je me dis que le duo Inna Modja / Alexandre Azaria n'use que de bonnes ficelles pour se tisser des tubes.
For my land, qui suit et semble dédié à son Mali d'origine, sonne presque inspiré des bayous de New Orleans même si on n'est pas non plus complètement dans l'esprit cajun non plus ! A nouveau 100% en anglais, c'est en tout cas un titre d'album fort où la belle exilée chante ses racines.
Retour du français sur I'm smiling et cette fois, surprise!, c'est sur les couplets, l'anglais se préservant pour le refrain. La recette mélodique est également différente des deux singles précédents, moins pop insouciante mais toujours très rythmée et accrocheuse... Futur single prévu ? J'aime particulièrement l'accroche pré-refrain "Je veux vivre à la cool comme un rasta man du Mali..." où la voix d'Inna se fait presque gutturale. A noter que ce titre est le seul qu'Inna n'a pas co-écrit avec Azaria, mais avec Rémi Lacroix, ce qui explique peut-être la différence d'inspiration du morceau.
Une guitare bluesy démarre le titre suivant, Homeless, au texte fort de sens mais au refrain qui n'en oublie pas moins d'être très mélodique et presque tubesque de simplicité : un morceau qui devrait prendre toute sa dimension sur scène, repris en choeur par le public. Je ne peux m'empêcher d'y voir un de mes titres préférés bien que cette guitare qui gratouille totu du long ne fasse pas partie du tout de mes sons chéris habituels...
Ex-girlfriend repart dans la soul sirupeuse avec ses cordes et cuivres généreux, sa caisse claire qui tambourine en ouverture de refrain et l'on se croit à Philladelphie à écouter une émission mythique américaine où Inna croiserait Otis, Aretha et autres sources d'inspiration manifestes du duo ; bon titre de fin d'album, mais pas assez accrocheur pour en être extrait en single...
Spirit enchaîne et c'est déjà la fin du tracklisting de l'album tel que noté sur la pochette de mon CD. Avec ses couplets plus parlés que chantés et son long texte presque slammé sur des cordes magnifiques comme Benjamin Biolay sait paraît ses morceaux, cette ultime nouvelle compo allonge un peu plus le plaisir finalement et c'est ce titre qui donne le titre à son album puisqu'elle y chante que la "Love evolution is the new revolution". Le refrain planant se fait presqu'incantatoire avec la voix d'Inna qui s'y mélange avec les choeurs. Ça aurait fait une belle fin d'album sauf qu'on a droit à des bonus !
D'abord Life, le single hors album de l'année dernière et reprise de Des'Ree, dans un arrangement finalement très annonciateur de la route que la belle allait emprunter, puisqu'à la rythmique presque identique à ses deux singles de 2011, et aux arrangements riches et chauds, sirupeux à vous couler dans les oreilles comme du miel sonore réconfortant pour l'âme.
C'est ensuite la version anglaise de French cancan qui se fait sa place en bonus sur mon CD, avant son remix par Cutee B, et le "Monsieur Sainte Nitouche" devient "Monsieur Scandalous" même si "je suis enchantée" reste inchangé, de même que les coco-choco-chanel-chocolat, bizarrement moisn énervants...?
Enfin, le remix électro clôt l'album comme un cheveux sur la soupe car même s'il est réussi et qu'il place le titre dans un style que j'aime beaucoup, il remet la musique d'Inna Modja dans le son d'aujourd'hui alors qu'elle s'est évertuée tout au long de l'album de s'en échapper pour mieux replonger dans la musique américaine 60's/70's et y puiser son inspiration. M'enfin, je ne vais pas m'en plaindre puisque c'est ce genre de remix qui souvent me fait apprécier une chanson que je trouve fade sinon, et elle montre surtout que la jeune chanteuse ne perd pas pour autant pied avec la jeunesse actuelle...

Résultat des courses : de la pop/soul tour à tour pétillante et vibrante et un virage à 180° salvateur pour l'Inna Modja morte vivante rencontrée du temps de son premier album. Dommage cependant qu'il n'y ait pas d'autres Fille du Lido sur le CD, même pas un petit remix électro !